Paracelsia

† La Madone Anthracite †

Jeudi 12 septembre 2019 à 13:45

http://paracelsia.cowblog.fr/images/TravisAnthonySoumis-copie-1.jpg

Ce matin, je m'étire au fond de mon nid recouverte de draps colorés, seuls mes yeux fixent les rayons du dehors qui s'étendent vers mon regard. J'entends les chœurs emplir les coins sombres du salon ; s'élève comme un enchantement le Rejoice in The Lamb de Benjamin Britten et je sais qu'elle est déjà prête. J'ai envie de m'enfoncer dans mon lit, j'aspire à fuir tout ceci. J'ai la folle espérance de m'endormir à nouveau et m'éveiller dans un autre monde, cet au-delà où je pourrais la garder avec moi pour toujours. Perdues dans l'avenir, révolu pour elle, nous ne ferions plus partie de cette mascarade.

 

Parsie arrive face à moi, parfaite comme à son habitude. La démarche haute, les cheveux tirés en arrière à l'extrême, la robe noire remontée jusqu'au cou qui lui donnait l'air d'une épingle. Elle est entrée sans un bruit et s'est assurer de longer les murs sombres de ma chambre pour s'y confondre, s'y perdre, c'était là son unique satisfaction ; pouvoir se fondre dans le décor. Toute cette attention dont le monde la gratifiait ses derniers temps l'épuisaient énormément. Plus pour très longtemps ai-je songé.

 

Elle ouvre grand, entrouvre sans ménagement les pans des épais rideaux et laisse la lumière me submerger entièrement. Parsie me dévisage, complètement fasciné par le fait que le soleil n'a aucune emprise sur ma peau et ne l'affecte pas. Je sors de ma cachette pour le rituel.

 

_ Qu'est-ce que tu vois ? Me demande t-elle dissimulé derrière l'étoffe.

 

Je plisse légèrement les yeux. "Dehors" ressemble à une fournaise. Je m'approche un peu vers le cadre chatoyant afin de m'habituer totalement au jour.

 

_ C'est une coulée de lave qui embrasse le monde, j'exagère à peine.

 

_ J'aimerais entrevoir cela. Je voudrais aussi sentir cela.

 

Cinq étages plus bas, j'entrevois l'échafaud, cinq mètres au-dessous de nous, je maudis son cercueil. Je n'en dis rien.

Parsie attends dans la douleur et trépigne d'impatience. Je reste longuement, le plus tard possible à absorber la chaleur qui transperce la fenêtre jusqu'à ce qu'elle ferme les rideaux brusquement et se rue vers moi affamé. Elle me jette au sol en éructant de plaisir. Son visage émacié si paisible se métamorphose. Sur sa figure translucide, striée de veines verdâtres apparaissent des écailles menaçantes, ils se mettent à frétiller dès qu'elle me touche. Sans ménagement, elle me lèche, me renifle de façon indécente et j'aime cette horreur qui finit par s'illuminer de la fièvre sur moi. Sa peau devient petit à petit diaphane, ses yeux noirs s'ajustent aux pupilles vert émeraude et ses veines disparaissent cédant la place à ses écailles iridescent et doux.

http://paracelsia.cowblog.fr/images/1/1311118.jpg

Illustration by Travis Anthony ©

Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast